ARTIST LINKS

home » artists » COTONETE

COTONETE

C’est au moment où tout allait s’arrêter, que tout a commencé pour Cotonete.

Début des années 2000, c’est des claviers de Florian Pellissier et du sax de Frank Chatona que sort alors l’idée de mettre en ordre de marche un groupe dévoué au jazz-funk des 70’s qui inclurait dans ses partitions, nonchalance et percussions envoyées depuis le Brésil. Renforcé au fil des rencontres par basse, batterie, guitare, trombone et trompette (tous tenus par des musiciens qui plus tard fonderont Akalé Wubé, Camarao Orchestra ou Florian Pellissier Quintet) Cotonete répand alors régulièrement son groove en public. Bars ou salles obscures, personne ne sort la chemise sèche de leurs sets. L’étape du passage en studio s’impose alors comme le prolongement naturel des choses.

Fossé qui les sépare de leurs modèles, magie diluée quand s’allument les voyants d’enregistrement, Cotonete ne parvient ni à recréer ni à capturer la magie et la cohésion diffusées sur scène. Condamné à n’être qu’un groupe de live incapable de s’immortaliser sur disque, Cotonete décide donc de faire ses adieux en 2013, concrétisant la fin de l’histoire par une tournée…

Puis internet.

Un message étrange venu d’Europe de l’Est. Une invitation à jouer dans un festival au Kazakhstan. Certainement un spam. Destination, la poubelle numérique. Sauvetage in extremis par un de leurs proches qui allume toutes les lumières sur l’expéditeur. Rustam Ospanoff, un influent DJ venu du froid. L’invitation était sérieuse ! Machine arrière !

Un mois, plus tard, Cotonete, qui était à deux clous de fermer son cercueil, se retrouve à partager l’affiche d’un festival où donner toute la mesure de  leur capacité à vitrifier la scène et à emmener le public dans des groove-trips qui passent par l’Afrique, l’Amérique du Sud, tout en serpentant dans les rues des villes grouillantes de monde et d’électricité.

Melik Heartbeat , DJ programmé à leurs côtés durant ces deux jours décisifs, n’a d’ailleurs pas eu besoin d’un schéma détaillé pour comprendre que l’affaire était sérieuse et leur proposer un retour en studio pour y graver une série de trois maxis basés sur le principe du titre original et de ses remixs.

 

Inside / Outside en est le premier volet.

Du jazz funk 70’s pur jus, ambiance Headhunters durant 7 minutes ! Couple  basse / batterie surpuissant, les claviers passent du Fender cristallin aux ambiances nappes puis rétro-futuristes, escortés par ou luttant avec les cuivres, leurs riffs et leur motifs.

Les remixs de l’anglais Phil Asher désossent l’ouvrage, offrant des relectures concentrées sur des rythmiques hypnotiques où les effets surgissent façon jazz-funk-dub

 

Retrouvez les sur Facebook 

 

 

No related content found.

MEDIAS